Faut-il avoir peur des vaccins ?

Ce n’est pas la peur des piqûres mais bien la peur des vaccins qui dissuade de le faire. Les vaccins sont-ils inefficaces, voire dangereux ?

Faut-il vacciner ou pas son bébé et contre quoi ?

En juillet 2007 était suspendue l’obligation de vaccination de tous les enfants par BCG (contre le tuberculose), vaccin dont on entendait dire qu’il n’était efficace qu’à 50 %… même s’il permettait d’éviter à 75 % les méningites et les milliaires, l’une des formes graves de la maladie.

Le vaccin VHB contre l’hépatite B, largement pratiqué avant d’être suspendu puis réhabilité, était  accusé de provoquer la sclérose en plaques.

Le ROR, vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole, a quant à lui été soupçonné d’être déclencheur d’autisme. Dernier-né des laboratoires, le vaccin contre le papillomavirus, virus responsable du cancer du col de l’utérus est recommandé pour les jeunes filles. Mais on entend dire qu’il ne couvrirait qu’une partie des risques et qu’il serait potentiellement dangereux.

Pour d’autres, c’est l’aluminium de certain vaccin qui le rend dangereux. Là encore, de nombreuses études réalisées ont conclu qu’il n’existait pas de lien de cause à effet entre la vaccination et la survenue de la maladie. Les exemples de scandales sont nombreux et ont semé le doute dans les avis. La France est un des derniers pays où certaines vaccinations restent obligatoires (diphtérie, tétanos, polio) et où la méfiance à l’égard des vaccins est importante.
Entre rumeur et réalité, le constat est mitigé.

Les fausses idées sur la vaccination

Aujourd’hui, les conditions sanitaires et l’hygiène s’améliorent. Mais il est faux de croire qu’une meilleure hygiène et l’accès à l’eau potable permettent d’éviter la propagation des maladies infectieuses. Une diminution de la vaccination entrainerait la ré apparition de maladies.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé, la vaccination est le traitement le plus rentable mis en place en termes humains puisqu’elle permet de sauver 2 à 3 millions de vies par an dans le monde. Il s’agit bien de grandes avancées médicales, les vaccins ne sont pas inutiles. De plus, la plupart des réactions vaccinales sont habituellement mineures et passagères, un bras douloureux ou une légère fièvre par exemple.

Depuis le 1er janvier 2018, 11 vaccins sont rendus obligatoires pour lutter contre la recrudescence de certaines maladies.

Partagez votre avis :

Ces articles peuvent vous intéresser