L’accouchement sous anesthésie

Si l’envie de vivre entièrement la venue au monde de bébé est très forte, une grande majorité des futures mamans choisissent l’anesthésie péridurale pour éviter toute souffrance au moment de l’accouchement. Il existe pourtant d’autres alternatives au biblique « tu enfanteras dans la douleur. »

La plus courante, c’est l’anesthésie péridurale

Cette technique d’anesthésie consiste à introduire un cathéter dans l’espace péridurale qui entoure la dure-mère, qui permet de diffuser un produit anesthésiant. Cette injection va atténuer la douleur ressentie par la mère car elle insensibilise la partie inférieure du corps. Le médecin utilise d’abord un anesthésique local pour engourdir la zone où l’aiguille sera insérée, l’injection sera donc sans douleur. Ensuite, il insère l’aiguille pour placer le cathéter entre deux vertèbres lombaires, et il la retire. L’anesthésique fait effet en dix minutes. L’idéal est de la pratiquer lorsque la dilatation du col est entre 2 et 6 cm. Le bébé ne risque rien, car le produit ne se diffuse que très peu dans le sang maternel.
Quelques sensations qui s’estompent en quelques jours peuvent tout de même accompagner la péridurale, comme des vertiges et des maux de tête, des douleurs lombaires, et des sensations de décharges électriques dans les jambes.

La rachi-anesthésie

La rachi-anesthésie est aussi une anesthésie dite locorégionale qui insensibilise la moitié inférieure du corps en une seule injection. Contrairement à la péridurale, l’aiguille doit atteindre le liquide céphalo-rachidien à l’intérieur des méninges. C’est une technique plus simple, qui demande moins d’anesthésique, et son action est quasi-immédiate car le produit agit en 5 minutes. La rachianesthésie est en général pratiquée pour les césariennes.

L’anesthésie locale

L’anesthésie locale est une injection dans les muscles du périnée. Elle permet de faire ou de recoudre une épisiotomie, mais elle n’atténue pas la douleur de la contraction utérine. Pour insensibiliser les nerfs du périnée, l’injection se fait dans la zone génitale.

L’anesthésie générale

L’anesthésie générale n’est pratiquée qu’en cas de contre-indication à la péridurale, ou en cas d’urgence à la fin du travail. L’accouchement sous anesthésie générale est peu pratiqué. Avant la péridurale, elle était pratiquée comme une anesthésie de confort pour les femmes qui refusaient la douleur. Mais cette forme d’anesthésie ne permet pas à la mère d’assister à la naissance.

Partagez votre avis :

Ces articles peuvent vous intéresser