La mort subite du nourrisson

Connaître la mort subite du nourrisson est la première des préventions pour assurer la sécurité de bébé. La mort subite du nourrisson… Ces trois mots font tremblés tous les parents. Il est vrai que ce décès brutal du bébé, généralement âgé de 2 mois à 4 mois, est longtemps resté inexpliqué. Assimilée, dans les années 80, à un défaut de respiration du tout petit, la mort subite du nourrisson a depuis fait l’objet de bien des études, pour livrer certains de ses secrets.

Les professionnels de la santé savent désormais que la mort subite du nourrisson est un phénomène polymorphe. Si elle est souvent due à des accidents de couchage (lit de bébé inadapté, cododo dangereux…), elle ne saurait se résumer à cela. Car on sait désormais que la mort subite du nourrisson peut aussi avoir des origines infectieuses ou bactériennes, voire même être le résultat d’un reflux gastro-œsophagien mal toléré par bébé, ou pathologie sous-jacentes (fièvre, infections ORL, obstructions naso-pharyngées, maladies non dépistées…)

L’importance de la position dorsale pour bébé

Le coucher ventral constitue le risque numéro un de la mort subite du nourrisson. Les recommandations en faveur du coucher dorsal (ou dodo sur le dos) ont permis de réduire considérablement le nombre de cas.

Premiers réflexes : Aménager la chambre de bébé pour assurer sa sécurité et son confort. L’arrêt de la cigarette pendant la grossesse est aussi un réflexe à avoir car il divise le risque par 4. Le fait de fumer pendant votre grossesse peut ralentir le développement des poumons de bébé et rendre plus immatures les centres nerveux qui commandent sa respiration.

Il est certain que l’environnement de bébé est aussi un facteur de risque : tabagisme, température trop élevée, excès de couverture. Mieux vaut-il prendre le maximum de précautions.

Partagez votre avis :

Ces articles peuvent vous intéresser