Petits pots pour bébé … ?

par Valérie FRAYSSE, Diéteticienne

Lorsque la diversification alimentaire se profile, tous les proches ont leur mot à dire sur la façon de s’y prendre. Certains sont pour les petits pots, arguant qu’ils sont pratiques et apportent tout ce qui est nécessaire à votre enfant. D’autres sont contre, protestant contre une alimentation industrielle qui n’a pas le même goût que le frais et qui n’a pas les mêmes qualités nutritionnelles. Lorsqu’on est parent, on se perd parfois dans tous ces arguments et il est difficile de faire la part des choses.

La fabrication des petits pots

Elle est très réglementée en France. L’arrêté du 01/09/76 et modifié le 11/01/94 définit un cahier des charges strict quant à la composition et la fabrication des petits pots bébé. L’alimentation à destination des enfants est plus surveillée que l’alimentation de la population générale. Les produits doivent être sans nitrates, sans pesticides, sans additifs conservateurs et sans colorants ou arômes artificiels. Ils proviennent d’une agriculture contrôlée qui garantit une qualité sanitaire. Lors de la fabrication, ces règles permettent une qualité microbiologique qui fait des petits pots un produit sûr. C’est un argument important car les systèmes digestifs et immunitaires encore immatures de bébé nécessitent des précautions d’hygiène et de choix d’aliments particuliers lorsqu’on veut préparer soit même l’alimentation de son enfant. Ces conserves spéciales permettent un stockage facile à température ambiante avant ouverture. Elles sont faciles à emporter sans risque tant qu’elles ne sont pas ouvertes. Une fois ouvert, le petit-pot doit être stocké au réfrigérateur et nécessite les mêmes précautions que les aliments « maison ».

La qualité nutritionnelle

Les petits pots sont globalement adaptés aux besoins des enfants mais il y a parfois quelques déconvenues sur la composition qui ne correspond pas au nom du produit. Tous les produits ne sont pas tout à fait équivalents au point de vue qualitatif. Il est par exemple normal de souhaiter trouver de l’abricot dans une compote d’abricot quand parfois l’ingrédient principal est la pomme ! Il convient d’ouvrir l’oeil et de rester critique vis-à-vis des allégations nutritionnelles et étiquetages.
Dans les petits pots de fruits, il faut s’assurer qu’il n’y a pas d’ajout de sucre car il est inutile de rendre plus sucré un produit qui l’est déjà. Bébé a des papilles gustatives qui lui permettent de ressentir toutes sortes de saveurs, il est donc important de lui proposer des aliments les plus proches des produits d’origine.
Dans les petits pots repas de légumes, légumes-viande ou poisson, l’épaississement est systématique à base de pommede terre ou/et amidon. Est-ce vraiment utile ?
Très fréquemment on retrouve du sel (en petites quantités certes) alors que l’on préconise de ne pas saler l’alimentation des nourrissons. Pour les apports nutritionnels, la quantité de protéines sont celles indiqués pour un enfant à chaque âge. Vous remarquerez que l’apport en protéines est faible, ce qui est souhaitable pour les enfants dont les besoins sont beaucoup plus faibles que ceux d’un adulte (quand on prépare soit même les repas de bébé, 2 cuillères à café de viande ou poisson (1/4 d’œuf) suffisent au début de la diversification !).
Ces petits pots sont donc fiables pour les apports nutritionnels mais tous es produits ne se valent pas qualitativement et nécessitent de lire les étiquettes attentivement.

Les textures

Les petits pots ont presque tous une texture lisse. C’est très utile au début de la diversification quand bébé ressent le moindre petit grain mal mouliné ! Il est dommage cependant que les textures soient si similaires lorsqu’il serait intéressant d’introduire de vrais petits morceaux à mâcher quand les dents font leur apparition. Le petit pot ou plat préparé n’aide donc pas à l’éducation à des textures différentes. Le changement de texture est nécessaire pour le développement dentaire et pour l’ouverture des enfants à la nouveauté. A partir de 1 an, le petit pot ne peut pas être la seule solution alimentaire.

Le goût

Avez-vous déjà goûté les petits pots que mangent bébé ? Force est de constater que les saveurs sont très uniformes et parfois assez éloignées du goût de l’aliment. Les compotes de fruits sont les moins touchées par cette remarque contrairement aux pots de légumes et surtout légumes avec viande ou poisson. Pour l’éducation au goût, c’est un véritable inconvénient. Les enfants s’habituent à ces saveurs homogènes sans relief et ont parfois du mal à accepter plus tard les saveurs différentes. Là encore, le petit pot ne peut pas être la seule source alimentaire. Il est important de proposer aussi des repas « maison » qui mettront en relief toutes la palette de saveurs.

Ainsi, les petits pots demeurent très pratiques dans une société où les parents travaillent et n’ont pas toujours de temps à consacrer à la préparation des repas. Ils sont sûrs au point de vue sanitaire car préparés dans des conditions d’hygiène strictes et avec des aliments limités en contaminants. Cependant ils ne peuvent pas être les seuls aliments consommés par les nourrissons et enfants plus grands. Il est important de bien regarder la composition des petits-pots que vous achetez. Recherchez les produits les plus proches d’une fabrication « maison » : fruits ou légumes seuls. Plus il y a d’ingrédients dans une composition et plus vous devez vous méfier. Il est inutile de se sentir coupable à utiliser les petits-pots mais pensez à alterner avec des compotes, purées, préparation complètes que vous réalisez vous-même.

Partagez votre avis :

Ces articles peuvent vous intéresser