La péridurale, comment ça marche ?

Cette analgésie locale du bas du corps est pratiquée, entre autre, pendant l’accouchement. Elle permet de vivre la naissance avec plus de confort en minimisant fortement la douleur du travail et de l’expulsion.
Installée dans la salle d’accouchement ou une salle toute proche, l’anesthésiste fait à la future mère une petite injection d’anesthésique local sur le lieu de la pose.

Accoucher sans douleur ?

Bien que la péridurale soit un progrès extraordinaire pour la diminution de la douleur, elle constitue un choix personnelle de la mère à prendre avant l’accouchement car même si elle diminue fortement la douleur, elle ne supprime pas toute sensibilité.
La péridurale est l’injection d’un produit anesthésique par l’intermédiaire d’un cathéter, un fin tuyau, qui permet d’en réinjecter si besoin. Le produit met environ 15 minutes à être efface et doit être injecté quand le col est ouvert de 3 cm ou moins. Si vous avez décidé de ne pas le faire et que la douleur est trop vive, vous pouvez changer d’avis jusqu’à un certain point. Après une ouverture de 7/8cm, la péridurale sera inefficace car elle n’aura pas le temps d’agir.
Couchée sur le cotée, debout ou assise la piqure se fait dans le dos, entre la 3e et la 4e vertèbre lombaire. La péridurale est en théorie non douloureuse car la zone de piqure est endormie au préalable avec une anesthésie locale. Cependant, il se peut que vous ressentiez une légère douleur, ou de l’électricité dans le bas des jambes ou dans le dos mais soyez rassurer, la douleur ne dure pas ! Il est possible également d’avoir les « jambes lourdes », mais vous pouvez continuer à les bouger.

Que vous la vouliez ou non, une consultation pré anesthésique est prévue autour du 8ème mois. Il est important de déceler les contre-indications s’il y en a et de faire un bilan sanguin. N’hésitez pas à lui poser toutes les questions qui vous préoccupent !

C’est votre choix !

Soyez en sure, le choix n’appartient qu’à vous. Tout dépend de votre vécu, de votre rapport à la douleur si vous souhaitez ou pouvez la contrôler ou non. Sachez qu’il existe aussi d’autres solutions comme acupuncture, la sophrologie, l’haptonomie, les massages… Le plus important est d’avoir des avis différents et des conseils avisés pour faire le choix vous-même.

Partagez votre avis :

Ces articles peuvent vous intéresser