Comment aider un enfant à apprendre plus facilement ?

Véronique Garas – Les intelligences multiples

Dès le premier jour de sa vie, un enfant apprend. Il va, entre autre, apprendre à manger, à voir, à jouer, à parler et à marcher ! Nous avons parfois l’impression que certains enfants apprennent plus facilement que d’autres, ou que certains sont plus enthousiastes à cette idée.

Comment aider les enfants à entrer avec plus de facilité dans l’apprentissage ?

Chaque jour, dans le cerveau d’un enfant des millions de neurones se connectent et se déconnectent en fonction des stimulis qu’on leur donne. Le psychologue Howard Gardner s’est intéressé aux intelligences que l’on possède. Grande nouvelle, nous avons plusieurs intelligences ! Nous en avons même 8 chacun.

Quelles sont les intelligences que nous possédons ?

L’intelligence kinesthésie : c’est l’utilisation du corps. Chaque jour nos petits bouts apprennent à utiliser leur corps et à découvrir ses capacités et certains apprennent plus facilement avec des mouvements !
L’intelligence naturaliste : c’est l’attrait pour le vivant, le non vivant, la nature, la terre avec par exemple l’observation des animaux ou l’entretien des plantes.
L’intelligence musicale, dominante chez l’enfant : Cette intelligence ne veut pas dire « être bon en musique » mais avoir besoin de tout ce qui est sonore ! Vous avez peut-être remarqué que la musique peut vous aider à calmer votre enfant, ou même à l’aider à entrer dans l’apprentissage, par exemple en chantant une comptine les enfants apprennent facilement !
L’intelligence interpersonnelle : il s’agit ici de gérer son attitude envers les autres. Nos petits bouts ne savent d’ailleurs pas toujours l’utiliser à bon escient !
L’intelligence mathématique ou logique : Dans les écoles, c’est souvent cette intelligence qui est valorisée pour dire qu’un enfant « réussit » ou non. Heureusement les idées changent ! Cette intelligence est très liée à l’abstraction. Pour un tout petit, ce n’est pas évident de conceptualiser la logique mathématique. L’essentiel pour l’enfant, c’est d’apprendre le cardinal c’est-à-dire comprendre le nombre et non l’ordinal (savoir compter). Il faut qu’il sache ce que c’est que 4 voitures, 2 girafes, 3 maisons pour comprendre les chiffres.
L’intelligence verbale et linguistique : savoir lire, écrire, et dire ! Cette intelligence est primordiale dans notre contexte socioculturel.
L’intelligence visuelle et spatiale : voir et imaginer ! Il est d’ailleurs plus intéressant de faire décrypter une image à un enfant, plutôt que de le laisser être passif devant les images. Il doit être capable de se faire une représentation mentale en l’absence d’image, c’est le rôle de l’imagination.
L’intelligence intra personnelle : se connaitre, gérer ses émotions. Pour l’aider à développer cette intelligence, il faut l’aider à se construire une estime de soi. L’enfant doit être capable de donner des opinions personnelles ou de comprendre ses faiblesses par exemple.

Avoir plusieurs intelligences, c’est avoir plus de possibilité pour apprendre !

Quand un enfant voit une chose pour la première fois, il lui faut pas moins de 7 apprentissages travailler de manière différentes et diversifiées pour apprendre !

Comment l’aider à entrer plus facilement dans l’apprentissage grâce à ses intelligences ?

Il est évident que notre forme d’intelligence dominante nous influence ! Elle vient parasiter celles des enfants, car nous exigeons de lui une certaine manière de faire, qui n’est pas forcément celle de l’enfant. Pour l’aider, il faut chercher les formes d’intelligences qui lui sont propres et qui sont dominantes chez lui. Pourquoi ? Car cela vous permettra d’aider l’enfant à entrer plus facilement dans l’apprentissage. Vous pouvez stimuler son travail en vous aidant en premier de ses formes d’intelligences dominantes et ainsi le rendre plus enthousiaste en le plaçant dans une situation de réussite dès le premier apprentissage.

Si vous entrez dans un premier apprentissage avec une forme d’intelligence avec laquelle il n’est pas à l’aise, l’enfant sera en situation d’échec. Il ne souhaitera pas renouveler l’expérience, car il restera persuadé qu’il n’y arrivera pas. Au contraire, si vous le guidez vers un apprentissage plus évident pour lui, il profitera de sa réussite pour être enthousiaste et pour garder l’envie d’apprendre.

Par exemple, si un enfant à une intelligence musicale dominante, vous pouvez lui faire apprendre les conjugaisons ou les tables de multiplication en chantant. Il sera enthousiaste et content d’apprendre ! Vous pourrez ensuite lui faire apprendre en stimulant une autre forme d’intelligence, comme la logique mathématique ou son intelligence verbale et linguistique.

Les avantages sont nombreux : il aura davantage confiance en lui, il sera moins réfractaire aux activités d’apprentissage, il ne s’ennuiera pas.
Attention, il ne faut pas laisser de côté ses autres intelligences même si il est moins à l’aise avec. Elles doivent toutes être stimulées pour l’aider à se développer. Il ne s’agit pas de catégoriser les enfants, car toutes les intelligences sont interactives et fonctionnent en corrélation.

En somme, il faut donner à l’enfant l’envie d’apprendre et profiter de l’effet positif de sa réussite. Aidez-vous des jeux, de la musique, ou des comptines pour les aider à apprendre plus facilement. Vous noterez que c’est un gain de temps incroyable, car l’enfant enregistre mieux ce qu’il fait quand ça lui plait et qu’il réussit à le faire du premier coup !

Conférence réalisée à bord du Train de la Petite Enfance & de la Parentalité 2017, Véronique Garas

Partagez votre avis :

Ces articles peuvent vous intéresser