Les otites

par le Dr Anh Tuan DUONG

L’otite moyenne aiguë (OMA) est une infection très courante chez l’enfant. Avant l’âge de trois ans, 85 % des enfants auront connu au moins un épisode d’otite. Les récidives ou une évolution vers une otite séromuqueuse peuvent entraîner une baisse de l’audition qu’il faut absolument dépister.

Les cavités à l’intérieur de l’oreille et la gorge communiquent par un petit canal, la trompe d’Eustache. Elle agit comme un conduit d’aération. Si elle est obstruée par une inflammation, comme c’est souvent le cas au cours d’une rhinopharyngite, la ventilation ne se fait plus correctement.
Les sécrétions normalement éliminées vers l’arrière-gorge stagnent, et risquent de s’infecter allant contaminer les cavités de l’oreille. Avec un otoscope, si le médecin voit un tympan rosé, il s’agit d’une simple otite congestive fréquente au cours d’une rhinopharyngite. S’il voit du pus à travers le tympan, il s’agit d’une otite moyenne aiguë : le tympan est même bombé si la quantité de pus est importante.

Les oreilles de bébé sont plus propices aux otites

Souvent enrhumés, les enfants sont plus touchés que les adultes, d’autant que leur système de défense est moins efficace. Tout ce qui diminue l’aération des cavités de l’oreille favorise l’apparition des otites. Or les bébés présentent fréquemment de grosses végétations. De plus, chez eux, la trompe d’Eustache est plus courte et se bouche facilement en cas d’agression par des microbes ou par des irritants comme la fumée de tabac. C’est la raison pour laquelle les enfants de fumeurs ont plus souvent des otites.

Un bébé grognon qui a mal aux oreilles

Le début commence par une rhinopharyngite. Votre enfant a son nez qui coule depuis quelques jours, un écoulement d’abord clair puis de plus en plus épais, il tousse un peu. Puis il devient grognon, manque d’appétit, présente de la fièvre et éventuellement une diarrhée. Il se réveille en pleine nuit en pleurs, se frotte les oreilles ou s’il est plus grand se plaint d’une douleur dans l’oreille.

Quel traitement pour soulager les otites?

En regardant le tympan avec un otoscope, si le médecin voit une grande quantité de pus il peut réaliser une paracentèse, en perforant le tympan avec un stylet. Cela soulage l’enfant et permet de prélever le pus pour rechercher la bactérie en cause de l’infection. Cela lui permet d’ajuster le traitement antibiotique choisi, prescrit pour 8 à 10 jours en moyenne. Si les signes ne disparaissent après 2 à 3 jours, mieux vaut consulter à nouveau. Un contrôle de l’état des tympans doit être effectué à la fin du traitement, afin de vérifier l’absence d’évolution traînante. Un autre contrôle sera réalisé à distance pour vérifier l’absence d’otite séromuqueuse chronique qui peut diminuer l’audition.

Des bactéries de plus en plus résistantes aux antibiotiques

Dans la majorité des cas, les OMA sont dues à une surinfection par des bactéries. Les plus fréquentes, surtout avant l’âge de deux ans, sont le pneumocoque et Haemophilus influenzae, malheureusement de plus en plus souvent résistants à certains antibiotiques. La bactérie a su, au fil des années, trouver la parade face à certains antibiotiques, devenus moins efficaces. La surconsommation des antibiotiques ou le mauvais respect des prescriptions du médecin (vous arrêtez l’antibiotique au 3ème jour alors que la prescription est pour une semaine) sont deux des facteurs responsables de l’augmentation de ces résistances.
Il est donc essentiel de parfaitement suivre la prescription de votre médecin.

Ne vous transformez pas non plus en apprenti médecin en donnant vous-même un reste d’antibiotique qui traînerait dans votre armoire à pharmacie. Enfin, faîtes confiance à votre médecin : l’administration d’antibiotiques, notamment en cas d’otite congestive n’est pas utile. D’autre part, il existe aujourd’hui un vaccin qui protège contre les otites dues à des pneumocoques.

Toujours penser au lavage du nez et des fosses nasales

En cas d’otite comme de rhinopharyngite, un lavage du nez est essentiel.
Il doit être systématique et peut être complété par une aspiration à l’aide d’un mouche-bébé. Le traitement de la fièvre est bien sûr nécessaire le cas échéant : outre le médicament antipyrétique, pensez à donner régulièrement à boire à votre enfant. Maintenez une température de l’ordre de 19 °C dans sa chambre. Contre la douleur, le médecin prescrit souvent du paracétamol pendant deux à trois jours, même si votre enfant n’a pas de fièvre.

Les autres otites chez l’enfant

L’otite séromuqueuse

Là encore, il s’agit d’une pathologie fréquente chez l’enfant. Elle peut guérir spontanément mais aussi être source d’otites moyennes aiguës récidivantes. Elle est favorisée par les infections ORL à répétition, le tabagisme des parents ou par le manque de fer.
Pouvant passer totalement inaperçue, l’otite séromuqueuse se caractérise par l’accumulation de sécrétions dans l’oreille moyenne, mais sans infection. Ainsi, l’enfant ne présente bien souvent ni douleurs, ni fièvre et c’est parfois une baisse de l’audition ou des troubles d’acquisition de langage qui dirigent vers le diagnostic. Lors de l’examen de l’oreille avec l’otoscope, le tympan est inflammatoire et a perdu sa transparence. On peut apercevoir des bulles d’air. La tympanométrie (mesure de la souplesse du tympan) peut aider au dépistage de cette pathologie. L’audiométrie permet quant à elle de chiffrer la perte d’audition. Elle doit être adaptée à l’âge de l’enfant.
Le traitement se fonde sur l’administration  d’antibiotiques, associés à des corticoïdes pendant quelques jours. En cas de manque de fer, que l’on peut dépister en pratiquant une prise de sang, le médecin prescrit une supplémentation.
Les récidives sont fréquentes et bien souvent, on propose une ablation des végétations chez les enfants ayant des rhinopharyngites récidivantes. La pose d’aérateurs (dits yoyos ou drains) est parfois indiquée, plus ou moins associée à l’ablation des végétations.

L’otite externe

Beaucoup moins fréquentes que les otites moyennes, les otites externes sont dues à une inflammation, avec ou sans infection du conduit auditif externe.
Gêne, douleurs, parfois démangeaisons sont les signes qui font évoquer cette otite, souvent consécutive à une irritation par les coton-tiges, les baignades en piscine ou de l’eczéma. Il peut aussi s’agir d’un corps étranger, ce qui souligne l’importance de faire examiner les oreilles de tout enfant qui se gratte ou souffre quand on lui manipule le pavillon. Un traitement local par gouttes auriculaires ou parfois même antibiotique est souvent nécessaire.

Peut-on limiter l’apparition des otites ?

Difficile de prévenir une infection quasi inéluctable chez l’enfant, surtout s’il vit en collectivité.
Mais certaines précautions peuvent éviter leur répétition :
• Bien nettoyer le nez des enfants, et leur apprendre le plus tôt possible à se moucher.
• Ne pas fumer dans les pièces où l’enfant séjourne.
• Privilégier l’allaitement maternel qui protège des infections en général.
• Lutter contre la carence en fer en donnant au bébé du lait adapté à son âge. Les laits 2ème âge (5 à 12 mois) et les laits pour enfant en bas âge (1 à 3 ans) sont enrichis en fer.
• Traiter un éventuel reflux gastro-oesophagien qui favorise l’apparition d’otites

Partagez votre avis :

Ces articles peuvent vous intéresser