Tabac, alcool et grossesse, des liaisons très dangereuses

par le Dr Séverine FONMARTY-CASSAGNE, Pédiatre

Malgré les messages d’avertissement auprès des femmes enceintes, elles sont encore nombreuses à fumer durant leur grossesse. D’après une enquête réalisée en 2013, une femme sur 4 fume tous les jours durant sa grossesse. Ce qui est surprenant est que les femmes enceintes seraient plus nombreuses à fumer que les femmes non enceintes. Comment expliquer un tel comportement alors que les messages de prévention sont clairs et nombreux ? Le tabac et l’alcool sont à l’origine de maladies graves, à plus forte raison pour un foetus en développement.

Le tabac

Des accouchements prématurés et des retards de croissance. Il ne faut pas penser comme l’affirment certains soignants que fumer seulement 5 cigarettes par jour n’a aucune conséquence car ce qui est important est non pas le nombre de cigarettes fumées mais la façon dont la fumée est inhalée. En fumant moins, vous êtes tentés d’inhaler plus. Or les méfaits du tabac sur le fœtus sont bien connus : Avant la naissance, il s’agit d’accouchements prématurés, 2 fois plus fréquents. La cause est souvent un problème de placenta, qui se décolle entraînant une hémorragie. Les conséquences se voient aussi après la naissance. Le bébé a un poids de 300 à 400 g inférieur à celui de la moyenne, les bébés auraient une baisse de leurs défenses immunitaires et un risque plus important de mort subite, surtout si les parents fument en sa présence, dans un lieu confiné (en voiture, dans sa chambre).

L’alcool

Des troubles du comportement et des retards intellectuels Pendant la grossesse, une consommation régulière d’alcool, de 2 verres par jour, ou des ivresses épisodiques nuisent au développement du cerveau de l’enfant : ces consommations peuvent provoquer des troubles du comportement ou un retard intellectuel (troubles de l’apprentissage, de la mémorisation, de l’attention, etc.).
Ces effets ne sont pas visibles à la naissance mais se manifestent au fur et à mesure de la croissance et du développement psychomoteur de l’enfant. Outre le retentissement sur le cerveau, cette consommation peut également entraîner un faible poids de naissance.
En cas de consommation d’alcool supérieure à 2 verres par jour, d’autres organes peuvent être touchés et le bébé peut présenter des malformations

Partagez votre avis :

Ces articles peuvent vous intéresser