Allaitement – Conseils

Généralité

Un allaitement d’un enfant nécessite une bonne préparation de la future mère, et une formation suffisante du futur père. La future mère doit apprendre à connaître son corps et elle ne doit aucunement changer son style de vie. Ses seins ne demandent aucun soin particulier avec des crèmes. Ils n’exigent aucun massage ni autre intervention extérieure pour produire le lait maternel.

En général, le processus de lactation s’effectue naturellement, et le bébé peut prendre sa première tétée dès les premiers jours de sa naissance. Les problèmes rencontrés viennent souvent des rumeurs lancées par des mères qui ont rencontré des difficultés. Il y a aussi la désinformation due aux croyances mal fondées et à la mythification des produits d’allaitement industriels.

Comment se préparer pour un allaitement

Votre  préparation pour d’un allaitement concerne beaucoup plus votre apprentissage, dans la mise en position du bébé, et de votre posture pendant la tétée. Il n’y a pas de position standard pour allaiter. La condition principale, c’est de vous sentir à l’aise, afin qu’aucune contrainte physique ne vienne provoquer chez vous, une sensation désagréable de fatigue. Un petit tabouret posé sous vos pieds, peut vous aider à supporter et à maintenir la position idéale de votre jambe. Un bon coussin placé au niveau de votre rein ou de votre dos, vous aidera à l’élimination de la tension de ces zones. Une petite couchette placée sur vos genoux, vous déchargera du poids de l’enfant durant l’allaitement.

Les premières difficultés dans l’allaitement d’un bébé, résultent souvent d’une mauvaise position du bébé.  Ce dernier,  ne doit présenter aucun effort de succion. Veillez à régler la position du bébé, de manière que ses lèvres arrivent à la hauteur des bouts de vos seins. La pointe de son menton ainsi que le bout de son nez resteront en contact avec votre sein. Cependant, ses narines ne doivent pas être bouchées par un contact trop fort. Votre avant-bras doit supporter son dos et le creux formé par votre coude doit recevoir librement sa tête. Il ne faut jamais saisir la tête du bébé dans la paume de la main, ou de le forcer à prendre le sein. Vous bloquerez ainsi sa nuque.

Rythme de l’allaitement

La production de lait maternel acquiert un cycle normal avec des tétées fréquentes, complètes et non associées à d’autres types d’allaitement. L’usage de tétines sucettes ou de biberon en complément du lait maternel, gênent la lactation de la mère. De plus, le bébé pourrait aussi confondre sein et tétine.

Dans les premières semaines, il faut compter sur 8 à 12 tétées environ par jour. Le bébé a tendance à demander à prendre son repas à chaque contact de sa bouche avec le sein. La grandeur de cette fréquence maintien le taux de prolactine dans le sang, ce qui favorise la rapidité et l’efficacité de la lactation. Un allaitement exclusif doit durer environ 4 mois.

Alimentation à suivre lorsque vous allaitez

Pendant la période d’un allaitement, certains aliments favorisent plus la lactation que d’autres. C’est le groupe de galactogènes, employés lorsque la fatigue par exemple, baisse le lait. Il comprend des aliments comme le houblon ou les crevettes. Mais il y a également des tisanes comme la verveine, l’anis, le fenugrec, le cumin noir, le chardon béni et le fenouil, ou d’autres présentées en pharmacie. Vous devez boire abondamment, varier et équilibrer en même temps votre alimentation. Vous devez aussi faire attention aux aliments qui donnent un goût inacceptable par votre bébé.

Par contre, certains aliments diminuent la lactation. On peut citer la menthe et le persil, et surtout les plantes qui contiennent du phyto œstrogène comme le soja et la sauge. Pour ces genres de renseignements, vous devez éviter l’ouï-dire, et les conseils d’amies non averties sur le sujet. En cas de doute, il vaut toujours mieux vous renseigner auprès du médecin ou du nutritionniste de votre région. Selon les cultures d’un pays, les aliments galactogènes peuvent varier.

Comment réagir lors d’une montée de lait ?

La montée de lait peut se dérouler différemment pour chaque femme, lors d’un allaitement. Elle pourrait être différente pour une femme, d’une grossesse à l’autre. Elle s’accompagne souvent de sensations de douleurs et de lourdeur pectorale, occasionnées par la tension des seins. Pour la soulager, il faut donner des tétées le plus souvent possible, jour et nuit. Vous sentirez  beaucoup plus la congestion mammaire la nuit. En dehors des tétées, effectuez aussi des massages de l’aréole. Vous pouvez aussi appliquer pendant ce temps, une compresse froide sur les seins. Ceci pourrait calmer l’inflammation éventuelle. Il vous est également possible de prendre une douche chaude peu avant la sortie du lait. Le dernier recours en cas de douleur persistante serait de voir votre  médecin.

La tétée n’est pas une action destinée à vider les seins. Elle les stimule à chaque succion. Le bébé provoque ainsi la production et l’éjection de lait maternel à la demande. Il faut alors éviter toutes les bévues, qui perturbent le processus de lactation amené par les tétées répétées.

Comment conserver le lait maternel ?

Si vous travaillez, vous pouvez toujours tirer le lait et le stocker, pour un allaitement différé. Vous pourrez laisser ainsi à la personne qui gardera votre bébé, la ration nécessaire pour son alimentation. Elle le lui donnera par biberon, ou par tasse cuillère. Pour une utilisation ultérieure, vous pouvez garder le lait maternel refroidi,  pendant 48 heures au plus, dans  le réfrigérateur à une température de 4°C au maximum.

Le prélèvement du lait maternel doit se faire selon les mesures d’hygiène adéquates. Vous devez effectuer une toilette soigneuse de vos seins, avec de l’eau et du savon de Marseille. Séchez les ensuite avec du linge propre. Essuyez vos mains avec du linge propre après les avoir lavé avec de l’eau et du savon de Marseille. Préparez un récipient propre, pour accueillir le prélèvement de lait. Au congélateur, le stockage du lait maternel peut aller jusqu’à 4 mois sous une température de – 18°C. Refroidissez d’abord le contenant et le lait à l’eau froide, avant de l’introduire rapidement dans le congélateur. Prenez soin de bien marquer sur le récipient, la date de la mise au congélateur.

Avant d’utiliser immédiatement le lait, il faut le décongeler au bain marie. Si l’utilisation est prévue dans un temps plus long, il suffirait d’abord de le placer dans un récipient fermé et le laisser au réfrigérateur, avant de le réchauffer au bain marie. Il faut alors l’employer dans les 24h.  Attention ! Vous ne devez en aucun cas décongeler le lait dans un four à  micro-ondes. Après être décongelé, le lait ne doit plus être recongelé.

Comment stériliser le biberon ?

Si vous avez choisi un allaitement artificiel, vous devez avoir un jeu de biberon correspondant au nombre de repas. Il doit être prêt à être réchauffé. Sa préparation doit suivre strictement les règles d’hygiène, pour éviter toute contamination par des microbes. Il y a deux méthodes de stérilisation des biberons. La méthode à froid et celle à chaud.

La stérilisation à froid consiste à tremper les biberons et les tétines, dans une solution antiseptique pendant trente minutes environ. C’est une méthode simple, mais qui nécessite avant toute utilisation, un bon rinçage des tétines et des biberons. Vous pouvez donner le biberon à la température ambiante ou tiède. Mais vous pouvez aussi le réchauffer au bain-marie ou dans un chauffe-biberon.

Vous pouvez aussi employer la stérilisation à chaud. Une fois que les biberons et les tétines de la journée soient bien lavés, ils sont placés dans de l’eau en ébullition, pendant 15 à 20 minutes. Vous pouvez aussi utiliser un autocuiseur ou un stérilisateur pendant 5 à 10 minutes. Vous les laisserez refroidir avant de les employer.

Les crevasses des seins

Les crevasses des seins sont définies à tort par beaucoup de femmes. Elles se manifestent sous plusieurs formes, et se caractérisent par des douleurs au niveau des mamelons lors des tétées. Parfois, il n’y a aucune lésion cutanée visible, ce qui laisse penser à des manifestations banales durant les premiers jours d’un allaitement. Avec un peu de patience et de courage, la vraie douleur pourrait disparaître au bout d’une dizaine de tétées.

Il pourrait y avoir également des gerçures du mamelon. Elles s’apparentent à des petites traînées rouges à la surface du mamelon, et qui sont sensibles aux moindres frottements ou lors des tétées. Il suffirait dans ce cas, de les laisser sécher à l’air libre. Mais vous pouvez aussi constater la présence de fissures rayonnantes à partir des mamelons. Elles sont profondes et ont des couleurs rouge vif. Vous éprouvez une douleur intense, lors de la succion, voire entre les tétées. Enfin, certaines parties de votre mamelon présentent des zones où la peau paraît comme arrachée et déchirée par la succion. Elles peuvent même avoir un aspect rouge vif framboise, et vous ressentez de vives douleurs suivies de légers saignements lors des tétées.

Les causes des crevasses sont nombreuses, et l’on peut citer les mauvaises positions du bébé lors des tétées. Bien souvent, sa tête ne se trouve pas tout à fait en face du mamelon, mais légèrement orientée vers le côté. Son corps est dit, tourné vers le plafond, ou qu’il « dégringole » sur les genoux de sa mère. On parle aussi de corps tordu du bébé.

Parfois, la tête du nouveau-né, au lieu d’être sur l’avant-bras de sa mère, se trouve logé dans le creux du coude, en position de la Madone. Bien souvent, le bébé se retrouve dans cette dernière posture, après un mois d’âge, comme pour être bercé. Enfin, le bébé est parfois placé trop bas, trop haut, trop à gauche ou à droite, par rapport au mamelon.

D’autres causes de crevasses des seins pourraient provenir du bébé, par une mauvaise prise en bouche du mamelon. Ceci peut être lié à des problèmes lors de sa naissance, comme l’usage du forcep ou de ventouse, entrainant un choc au niveau de la bouche. Mais l’enfant ne sait peut être pas sortir sa langue ou ne sait plus téter. Il peut arriver que l’enfant ait une dent qui accroche lors de son enlèvement brutal du mamelon, soit par torsion rapide de sa tête, soit par son soulèvement.

Toutes ces mauvaises positions de l’enfant provoquent des tiraillements au niveau de la peau des seins maternels. Ceci aurait pour conséquence, une première sensation de douleurs au niveau des seins pendant ou en dehors des tétées. La dégradation qui s’en suit, paraitra sous forme de crevasse soit en lésion, soit en plaie ouverte. Dès son apparition, vous devez en informer votre pédiatre, ou consulter un professionnel de l’allaitement. Il effectuera la correction de votre position pour un allaitement.

Pour enlever votre bambin de la tétée, vous devez glisser l’extrémité de votre doigt, dans la  commissure de ses lèvres, et l’introduire doucement entre les gencives, avant d’enlever le mamelon de sa bouche. Dans ce cas, vous courrez moins de risque pour l’arrivée des crevasses. Il arrive que les ongles mal taillés de l’enfant, causent des blessures lors de son enlèvement brutal d’une tétée.

Les enfants allaités en mixte, doivent être entrainés en alternance, pour qu’il détecte la différence de succion entre le biberon et le sein de sa mère. Ceci éviterait l’installation de bobos, sources de crevasses. Enfin, les excès d’hygiène au niveau des mamelons, comme les laver avant et après chaque tétée, provoque des lésions. L’usage des savons aux d’autres produits, entraine un « lessivage » de la flore naturelle de la zone, et ouvre en grand, la porte aux blessures diverses. Contentez-vous de passer vos seins à l’eau courante pendant la douche quotidienne. Ils ne subiront des nettoyages particuliers qu’avec la présence effective de crevasse. Après chaque toilette, séchez-les correctement. Eviter de porter des sous-vêtements humides, surtout par les crèmes de traitement.

Le traitement de la crevasse et des petites blessures se fait avec des onguents, crème ou pommade vendus en pharmacie. Vous devez le faire dès la première perception de douleur sur le mamelon. L’onguent n’a pas besoin d’être nettoyé avant la tétée. Et il faut continuer malgré tout à allaiter. Vous pouvez également avoir recours tout simplement au pansement humide avec du lait maternel. Cette méthode connue depuis longtemps, favorise la cicatrisation des bobos. Enfin, des femmes expérimentées, préconisent un allaitement fréquent avec de courtes durées, et la crevasse guérit.

Droit d’auteur protégé par les articles L. 111-1 et L. 123-1,  du code de la propriété intellectuelle.

Partagez votre avis :

Ces articles peuvent vous intéresser