Comment positionner, porter, manipuler votre bébé ?

Pendant la grossesse, l’enfant s’entraîne à bouger, attraper, se retourner et même marcher

« Les mouvements de l’embryon et du foetus dans l’utérus sont les premiers signes de vie d’un enfant, ses premiers moyens d’expression. In utero, la surface cutanée du bébé, sa peau, et ses organes de l’équilibre sont sollicités par le liquide amniotique, les déplacements de la mère… Les sensations procurées par ses propres mouvements lui apprennent à connaître son corps et son positionnement dans l’espace. Le toucher et le sens de l’équilibre sont les premiers sens à se mettre en place, arrivent ensuite dans l’ordre l’odorat, l’ouïe, la vision avant même la naissance ».

Dès la naissance, on peut encourager le développement de ce répertoire dit sensori-moteur avec le programme d’intervention précoce PMSE (P comme portage, M comme manipulations, S comme sollicitations et E comme environnement). Il se fonde sur le respect du corps du bébé et de ses compétences, et vise à permettre à tout son potentiel cérébral et corporel de s’épanouir.

Portage (tous les modes de portage corps à corps)

Certains enfants peuvent naître avec un torticolis qu’ils auront tendance à retrouver après la naissance en retournant à la position qui le provoque. Lors du portage, il est alors nécessaire de bien leur maintenir la tête et le tronc bien alignés pour les aider à lutter contre le raccourcissement musculaire provoqué par le torticolis. Ainsi, mieux éviter le portage kangourou car bébé reste confiné en conservant sa tête penchée et l’aider plutôt à gagner une position détendue… L’enfant aura ainsi une meilleure perception de son environnement et pourra mieux coordonner ses mouvements. C’est pourquoi nous avons mis au point un petit « Coussitête » (marque Coconou ®). La fente au milieu évite à l’enfant, dans les périodes d’éveil quand il est allongé sur le dos, de laisser sa tête sur un côté. Ce Coussitête très confortable et doux prévient et corrige les déformations. Il va faciliter une liberté de mouvements bénéfique pour l’éveil de bébé.

Manipulations, manœuvres ou gestes quotidiens

Comment déplacer l’enfant du lit à la table à langer, comment le changer de côté pour le déshabiller, tout en respectant son corps et ses capacités ? « Plutôt que de le « retourner comme une crêpe », on peut l’aider à se retourner par lui-même car il sait déjà le faire. On participe ainsi à son éveil psychomoteur et on encourage sa maturation cérébrale. Faire participer le bébé activement tout en le guidant ne peut être que rassurant pour le bébé qui ne pleure pas et qui est encouragé par le plaisir de se mouvoir. Ces mouvements sont les prémices des premiers déplacements. Ils vont faciliter le fait de se retourner tout seul par la suite.

Sollicitations d’éveil

Elle se fait par une sorte de massage qui a une visée de bienêtre et de préparation au mouvement. Il facilite la communication en renforçant l’attachement à l’enfant et l’éclosion des émotions. Le but étant que l’enfant se déploie progressivement pour acquérir une plus grande liberté d’action. Le parent est vite émerveillé par la façon dont le bébé bouge spontanément et cela facilite les premiers contacts avec le corps du bébé car il existe parfois une crainte « de lui faire mal » car on ne sait pas tout ce qu’il est déjà capable de faire. On ouvre progressivement les membres en les laissant se déployer du centre vers les extrémités. L’huile permet de faire glisser le geste en douceur tout en hydratant la peau et aide ainsi à gagner en ouverture. Il faut une huile pas trop grasse et hydratante comme l’huile Isio4, riche en acides gras essentiels (expérimentée sur des prématurés) ou l’huile Mustela®, très agréable qui nourrit bien la peau du bébé. Ces sollicitations d’éveil peuvent se réaliser dès la naissance sur un matelas d’eau de forme arrondie « Vestibulo» (marque Coconou®). Ce matelas redonne au bébé l’expérience d’un vécu in utero : cela procure au bébé une réassurance, un confort et encourage sa liberté de mouvements tout en restant calme et apaisé.

Environnement

Cette partie concerne le positionnement du corps du bébé en situation de sommeil et d’éveil. « L’espace doit être aménagé de façon appropriée et dans l’intérêt de toujours solliciter le développement psychomoteur de façon ajustée au bébé. Par exemple un mobile doit se situer dans son champ de regard et non pas plafonnant au milieu de la pièce, à une telle distance qu’il ne le voit pas. La vision est floue au début de la vie ». Le mobile doit aussi se trouver à portée de main car rapidement l’enfant va avoir envie de l’attraper. Pour conclure, installer le bébé dans une posture confortable et solliciter le mouvement par le toucher, encourage donc l’enfant à échanger avec les autres, le rassure dans ses relations affectives et lui permet de bâtir un attachement sécurisant. Les parents de leur côté vont porter un regard positif sur leur enfant heureux, plein de infovie et qui semble éprouver du plaisir à se mouvoir et à échanger avec eux. Le bénéfice est aussi intéressant pour les enfants nés prématurés. Les parents sont encore plus désarmés vis-à-vis d’un enfant prématuré ou handicapé, qui leur apparaît fragile ou inquiétant. Ils éprouvent un sentiment d’incompétence ou d’impuissance par rapport aux premiers soins, surtout si le bébé est encore sous surveillance néo-natale ou en soins intensifs, avec des contacts corporels réduits. L’approche corporelle que nous proposons à travers le programme P.M.S.E. tente donc de combler en partie ce vide en replaçant la mère dans sa fonction maternante.

 

 

 

 

 

Partagez votre avis :

Ces articles peuvent vous intéresser