Mon troisième mois de grossesse

Le troisième mois de grossesse, entre suivi régulier et début du chouchoutage à volonté !

Les examens médicaux

  • Analyse de sang si vous n’êtes pas immunisée contre la toxoplasmose
  • 1ère échographie : indication de la clarté nucale dans le cadre du dépistage de la trisomie 21
  • Analyse d’urine

Les formalités

Vous pouvez désormais prévenir votre employeur une fois reçu le document de la Sécurité sociale précisant les dates de congé maternité.
C’est également l’occasion de demander la PAJE (Prestation d’Accueil du Jeune Enfant) auprès de la CAF si votre situation le permet.

Le troisième mois de grossesse pour la maman

Un petit rien vous fait éclater de rire ou monter les larmes aux yeux : vous êtes hypersensible.

Le saviez-vous ?

C’est le moment des envies surprenantes et parfois improbables ! Chocolats, fraises ou cornichons, foie, échalotes, olives…

Un conseil : vous avez annoncé votre grossesse à votre entourage, tout le monde est heureux pour vous, alors faites-vous chouchouter, c’est le moment idéal ! Votre silhouette de future maman n’est pas encore visible pour les autres mais vous sentez que votre corps commence à changer.

Le développement et la croissance de bébé

L’embryon devient fœtus… La grande aventure de la vie continue. Tous les organes sont en place, les membres sont constitués, les ongles apparaissent au bout des doigts. A partir de ce moment, il va profiter de l’espace qu‘il a pour bouger, essayer ses réflexes, ses muscles et ses nerfs et surtout grandir !

La première échographie : un rendez-vous à prendre au sérieux

Si la première échographie permet de dater le début de la grossesse en fonction des mensurations du fœtus et donc de préciser le jour de l’accouchement, elle a aussi pour but de repérer la présence éventuelle de jumeaux et de dépister des anomalies potentielles. Le médecin contrôle l’activité cardiaque, la mobilité spontanée, il compte et mesure les membres, vérifie le contour de la boîte crânienne et mesure en particulier l’épaisseur de la nuque (clarté nucale) qui constitue l’un des signaux d’alarme de la trisomie 21.

La valse des examens ne fait que commencer

Tous les mois vous n’y couperez pas, on vous tendra un flacon pour recueillir vos urines et vérifier votre taux d’albumine et de sucre. De même, vous n’échapperez pas aux prises de sang pour le dépistage de l’hépatite B (premier trimestre ou 6e mois) ou pour la rubéole (au 4e mois). Ces examens sont obligatoires. D’autres, comme le dépistage du VIH ou celui de la trisomie 21, ne le sont pas, mais sont obligatoirement proposés, ce qui veut dire que vous êtes en droit de les refuser.
Une femme sur quatre découvre sa séroposivité au moment de sa grossesse, ce qui est évidemment très violent mais permet de sauver son bébé puisqu’une fois la maladie connue et traitée, les risques de contamination à la naissance chutent à moins de 5 %, voire à moins de 1 % si l’enfant naît par césarienne.

Indispensable

Envoyez le certificat de grossesse à la Sécurité sociale et à la caisse d’Allocations familiales avant la 14e semaine.
Annoncez à votre employeur que vous êtes enceinte en envoyant une lettre recommandée au service du personnel avec un certificat médical précisant la date présumée de votre accouchement. Ce n’est pas obligatoire mais vivement recommandé…

Ces articles peuvent vous intéresser