Un coucher en toute sécurité et en toute sérénité

par l’UFNAFAAM

Dormir en paix et en sécurité requiert certes des mesures externes mais aussi que l’enfant soit en harmonie avec ceux qui s’occupent de lui. Il faut donc prendre des mesures simples qui concernent le lieu du sommeil et le berceau ou le lit.

Un environnement propice pour bien dormir

Dans nos pays européens, il est recommandé, si cela est possible, que le bébé ou jeune enfant ait sa propre chambre pour dormir. Cette chambre sera maintenue à température constante de 18 à 20 degrés environ et régulièrement aérée. L’enfant sera vêtu d’un simple pyjama et recouvert seulement d’une couverture qui ne doit pas couvrir sa tête. Si l’air de la pièce est trop sec, pensez à l’humidifier et évitez de laisser entrer et s’installer les animaux domestiques. Si le lit est à barreaux, veillez à ce que la tête de votre enfant ne puisse passer pas entre. Le matelas doit être ferme, évitez les oreillers.
Rappelez-vous que votre enfant doit rester couché sur le dos, parfois en position un peu relevée pour faciliter la digestion notamment s’il a des reflux gastro-oesophagiens. Vérifiez de ne laisser dans le lit ou à portée de l’enfant aucun objet type cordelette ou sac en plastique.

Respectez une bonne« hygiène » du sommeil

Ces mesures doivent s’accompagner d’une bonne hygiène de veille et de sommeil et d’un temps de relation affectueuse. Autant que faire se peut, respectez le rythme de vie de votre enfant et ne le soumettez pas à celui des adultes. Ceci commence par un horaire régulier des heures de repas, d’endormissement et de durée du sommeil.
Pensez à exposer bébé à la lumière naturelle du jour lors des moments de veille et à le laisser dormir dans l’obscurité la nuit. À partir de 6mois, le nourrir la nuit n’est plus nécessaire, fini les biberons nocturnes supplémentaires. Bien entendu, ne lui administrer aucun médicament pour le faire dormir car toute prescription relève du médecin. Évitez l’automédication surtout pour les nouveau-nés et nourrissons dont le système nerveux en plein développement, particulièrement sensible aux substances dites sédatives. Évidemment, évitez de fumer en présence de l’enfant, encore moins dans sa chambre et si possible, évitez même de fumer dans la maison.

Avant le coucher, favorisez les moments d’échange

Surtout, on réservera des moments de contact, d’échange avec le nourrisson ou le petit enfant lors des éveils, de la prise des biberons et de nourriture. On respectera une ambiance chaleureuse, détendue et calme. On pourra, alors qu’il est encore éveillé, raconter une courte histoire, chanter une brève comptine ou lui faire écouter une musique douce avant de le remettre au lit. Il est préférable de garder le bébé éveillé à la fin du biberon, de converser avec lui et de le mettre au lit alors qu’il est encore éveillé.

S’il ne veut pas aller se coucher

Si votre enfant ne veut pas aller se coucher ou s’endort difficilement, essayez ces quelques astuces :

  • Reculez un peu l’heure du coucher en couchant votre enfant à l’heure où il est le plus souvent endormi, ce qui favorisera l’endormissement. Il faudra ensuite revenir très progressivement de 5 minutes en 10 minutes à une heure de coucher qui correspond plus à son âge et à ses besoins en sommeil.
  • Instituez des limites. Il est important que vous restiez fermes. Ne vous laissez pas déborder par de trop nombreuses demandes au moment du coucher. En revanche, si votre enfant a peur du noir, laissez la porte de sa chambre ouverte sur un couloir faiblement éclairé ou installez une petite veilleuse dans sa chambre.
  • Réduisez tous les excès de stimulation : écran dans la chambre, boissons stimulantes, jeux trop violents le soir…

Quels sont les bons rituels pour endormir un bébé ? Un enfant de 2 ans ?

  • Nouveau-né et nourrisson : Endormir un nouveau-né dans les bras, s’endormir au sein pour un bébé de quelques semaines est normal ; mais une fois endormi, il est important qu’il soit reposé dans son berceau, très près du lit des parents si vous allaitez. En revanche à partir de 3-4 mois, il faudra poser l’enfant dans son berceau avant qu’il ne s’endorme et accompagner ce coucher d’un petit rituel (petite berceuse par exemple). Dès 6 mois, il a parfois besoin en quittant ses parents, de se raccrocher à un « doudou », à quelque chose de stable qui ne le quittera pas, dont il fera un compagnon indispensable de son sommeil.
  • Enfant de 2 ans : Le rituel du coucher sera un peu plus long. Il est préférable de le faire dans la chambre de l’enfant, auprès de son lit. Le coucher du soir doit être un temps spécifique consacré à l’enfant. Dans cette période peuvent commencer les histoires du soir. Il est important que ce rituel ne soit pas trop long (et ne dépasse guère 15 minutes). Il est aussi préférable que le parent qui n’a pas participé au rituel du coucher, puisse venir souhaiter une bonne nuit à l’enfant.

Partagez votre avis :

Ces articles peuvent vous intéresser