Allaitement – Définition et historique

Qu’est ce que l’allaitement maternel ?

L’allaitement est le mode d’alimentation d’un nourrisson ou d’un enfant, par le lait maternel. Il est naturellement effectué au sein de la mère. Lorsque le lait maternel et insuffisant, on pratique un allaitement mixte, qui consiste à combiner le sein et le biberon. Si pour des raisons médicales, la mère ne peut pas allaiter, le bébé est nourri au biberon, soit avec le lait maternel tiré, soit avec d’autres laits produits d’une manière industrielle.

Le lait maternel est rempli de plusieurs nutriments vitaux et indispensables au besoin du bébé. Il se développe au cours de la gestation de la femme. La lactation au sein est ainsi déclenchée,  une fois que le bébé est né. Les tétées régulières et effectives du nouveau-né, favorisent la stimulation du lait maternel. L’allaitement maternel peut durer jusqu’à environ deux ans.

Découvrez comment se préparer à l’allaitement et tous nos conseils sur l’allaitement dans notre article sur enjoy family !

Le lait maternel connait différentes étapes de transformation au cours de l’allaitement. Après accouchement, le premier lait maternel secrété se nomme colostrum. L’estomac du nouveau-né s’adapte parfaitement à ce lait, puisqu’il est facilement assimilable. A la fois épais et translucide, le colostrum se caractérise par une couleur orangée. Il est rempli d’anticorps qui protège le petit contre les attaques microbiennes. Il comprend de la protéine, de l’ordre de 23g/litre, des oligosaccharides qui sont des sucres assimilables, des vitamines, des acides aminés libres et des sels minéraux. La sécrétion du colostrum est minime au début, environ 20 à 50 ml à chaque tétée. Mais ce volume croit au fur et à mesure de l’effectivité de la tétée.

Quelques jours après l’accouchement, le colostrum se modifie en colostral, également appelé lait de transition. Ce lait de transition est formé par du lait à maturité et du colostrum. Les composants contenus dans le colostral subissent ainsi une transformation. Ce dernier se caractérise par une consistance fluide et une augmentation de volume.

Histoire de l’allaitement en France

Un allaitement maternel est un phénomène biologique naturel, depuis que l’homme existe. Mais en cas de décès post-partum de la mère, ou lorsque la mère ne pouvait pas nourrir l’enfant, elle recourait au service d’une nourrice. Les nourrices étaient en générale, des femmes issues de la classe populaire. Depuis la fin du XVIème siècle, l’allaitement mercenaire gagnait le milieu aristocratique, et se répandait aussi parmi la bourgeoisie. Les mères se défaisaient de la servitude d’allaitement.

Les femmes d’artisans aisées pouvaient également louer les services de nourrices. Cette pratique fut alors généralisée, et les femmes eurent recours à ce type de service jusqu’au XVIIIème siècle. Il a fallu attendre le début du XIXème siècle, avec les prétentions exemplaires de Madame d’Epinay, pour que l’allaitement maternel retourne à la normale. L’idée d’allaiter son propre bébé, fut envisagée comme absurde par les gens de son milieu. A la fin de cette époque, naquit l’usage du lait de vache modifié. Ce fait a diminué sensiblement l’allaitement maternel, et l’on notait en 1960, le taux d’allaitement le plus bas. Il y eût beaucoup de publicités sur les produits industriels de nutrition infantile jusqu’aux pays les moins développés. Et depuis, il a connu une nouvelle progression, mais reste différent selon les pays.

Par exemple, il n’était que de 7% en Grande-Bretagne, alors qu’en Norvège, il atteignait 64%. On soutenait simplement que l’allaitement de l’enfant est un signe de pauvreté. Le lait de vache suisse pour bébé, mélangé dans de bonnes proportions, au sucre et à la farine, a été mis au point par Nestlé en 1890. Il était réservé à ceux qui avaient les moyens d’en acheter. Mais à la fin du XXème siècle, marque un tournant pour la nutrition de l’enfant. Des associations d’aide aux mères, ainsi que des mesures de préservation de l’allaitement maternel se sont installées. Les conditions d’allaitement ont été améliorées, rendant ainsi plus de confort à la mère, aussi bien sur le plan corporel que social. Les informations de qualité et le développement des réseaux d’information et d’entraide, étaient accessibles au public. L’évolution des techniques d’aide à l’allaitement alliée aux mesures de santé publique, favorisent l’allaitement maternel.

Avec l’amélioration des conditions d’allaitement artificiel, l’allaitement maternel est parfois considéré comme une contrainte sociale, mais non comme une alternative. Néanmoins, en France, 75% des femmes seraient pour l’allaitement pendant quelques semaines. En 1995, les mères qui allaitent à leur sortie de maternité, représentent moins de 50%. Elles sont de 60% en 2005, mais le taux d’allaitement diminue jusqu’à 5% au quatrième mois. Le Programme National Nutrition-santé, a prévu que 70% des françaises doivent allaiter durant au moins 4 mois.

Et vous, avez-vous décidé d’allaiter ?

Partagez votre avis :

Ces articles peuvent vous intéresser