Les premières semaines de bébé

Semaine 1 : 3 jours de folie à la maternité

On dit souvent que la première semaine est toujours la plus difficile avec bébé. En effet il faut apprendre à se connaître et à s’apprivoiser.

[A lire aussi : Préparer son retour à la maternité]

Une nuit turbulente

Si la première journée à la maternité fut un vrai bonheur, la seconde nuit a été tout le contraire. Un véritable cauchemar.  Vous connaissez “la nuit de la Java ?” Moi non plus. Eh bien cela survient la seconde nuit après la naissance, principalement pour les bébés allaités. Il s’agit d’une nuit où bébé ne dort pas. Il veut téter, téter, téter tout le temps. Non pas par faim, mais par besoin de succion.
Cette nuit là, grâce à la stimulation de bébé, vous allez ressortir avec des cernes jusqu’au commissure des lèvres et cela va vous provoquer une montée de lait. Ah la nature est bien faite, n’est-ce pas ?

Avant la montée de lait, vos seins ne produisent que du colostrum.

Je vous invite à lire mon article sur mes cours d’allaitement !

Mon baby blues

Fatiguée de l’accouchement et de cette nuit interminable, la chute d’hormones surgit. Chacun la vit différemment. Moi j’ai eu des crises de larmes incontrôlables. Mes émotions se sont multipliées par 100. Je me mettais à pleurer à la moindre occasion.
Je ne cessais de dire à mon mari à quel point il est extraordinaire, que je l’aime et que notre bébé est magnifique.

Mon baby blues a duré 3 jours après le retour à la maison. Cela s’est fait en toute sérénité car nous étions préparés à toute éventualité.

Des nuits courtes

Les nuits sont quelques fois compliquées. Si la journée Wolfy dort paisiblement dans son lit, la nuit il veut dormir contre maman. Mauvaise habitude que nous essayons de corriger petit à petit en intégrant dans son lit un de mes vêtements. Après chaque tétée, j’attends qu’il s’endorme contre moi avant de le remettre dans son lit. Petit à petit, ça fonctionne. Les tétées commencent à être régulières. Ce qui nous permet de récupérer un peu de nos heures de sommeil en retard.
Nous avons également décalé le bain au soir plutôt que le matin afin d’apaiser notre petit loup avant le coucher.

Bébé wolfy.dvl

Semaine 2 : Consultation chez l’ostéopathe

La fatigue s’accumule

Cette deuxième semaine a été encore une fois mouvementée par des nuits blanches. Wolfy n’a pas cessé de pleurer jour et nuit. Il réclamait le sein H24. Seul la tétée le calmait et l’apaisait. Nous avons essayé de lui donner une tétine car la semaine précédente il l’acceptait. Maintenant il la refuse catégoriquement !

Un petit tour chez l’ostéopathe

Sous les conseils de ma sage-femme, nous l’avons conduit chez l’ostéopathe qui a su nous conseiller au mieux. Wolfy souffre d’une légère jaunisse. Il a donc drainé son foie afin de réguler et soulager ses douleurs.
Il souffrait également d’un mal de dos et d’un blocage au niveau des cervicales.
L’ostéopathe nous a interrogé sur mon alimentation car Wolfy souffrait également de douleurs au ventre. Etant principalement nourri au sein, mon alimentation est importante pour le bon développement de son système digestif. Il faut donc faire attention pour éviter toute intolérance durant le premier mois. Je dois donc éviter la consommation de lait, du choux, de fruit sec ou fruit à coque, poireau, pruneau etc. Il faut manger à chaque repas des céréales, protéines et légumes.
Je dois éliminer de mon alimentation tous les allergènes. Ils sont indiqués en gras dans la liste des ingrédients des produits.
Il faut compter 48 heures afin de pouvoir constater un changement positif. Nous retournerons voir l’ostéopathe dans les 10 à 15 jours qui suivent.

[A lire aussi : 7 conseils pour un allaitement réussi]

Ma dernière consultation datait de plus de 10 ans ! J’en ai donc profité pour me faire ausculter. Il a manipulé mes articulations afin de soulager ma scoliose, replacer mon utérus, et mes organes. Il a aidé mon bassin à se resserrer. Je suis ressorti de son cabinet comme vaseuse mais considérablement soulagée.

Semaine 3  : Retour à la normal !

48 heures après la consultation, nous n’avons constaté aucun changement chez Wolfy. Mais au delà des 48 heures, la magie a opéré pour notre plus grand bonheur. Les tétées sont devenues régulières, toutes les 4 heures pendant 30 à 40 minutes. Wolfy ne pleure plus constamment et dort d’un sommeil paisible.

Rendez-vous chez le pédiatre

Nous avons également eu le rendez-vous des 15 jours de bébé chez le pédiatre. Wolfy mesure à présent 53 cm pour 3,410 kg. Il a enfin récupéré son poids de naissance !

Notre rituel pour l’endormir

Il ne s’endort pas facilement puisqu’il a toujours été collé près de maman h24 afin de soulager ses maux de ventre. Il nous faut maintenant l’habituer à s’endormir dans son lit et pour cela nous avons trouvé un petit rituel. Après chaque tétées, il a le droit à un gros câlin et quelques aller retour dans la maison afin de l’éveiller.
Il aime rester éveillé après ses repas. Nous le laissons donc tranquille jusqu’à ce que la fatigue se montre. Généralement, ça le fait pleurer.  Nous le réconfortons et le couchons dans son petit lit douillet.

Lorsqu’il se retrouve dans son lit, il se remet à pleurer. Nous le laissons donc sous surveillance pendant 5 minutes. On lui donne sa tétine et il s’endort paisiblement. Si ses pleurs continuent, je le lange. C’est un bon moyen de le calmer.
Je lui donne sa tétine, et c’est repartie pour 3 heures de sommeil.

Sous conseil de l’ostéopathe, nous le couchons sur le côté pour l’aider à différencier le jour de la nuit. Mais attention, il faut veiller à bien le caler au niveau du dos et du ventre et rester à proximité afin d’éviter tout incident. Et la nuit, on le met sur le dos. Cette méthode a l’air de porter ses fruits. En effet, il se réveille qu’une seule fois la nuit, environ à 4h du matin pour la tétée.

Wolfy commence à rester éveillé de plus en plus longtemps pour notre plus grand plaisir.

Il faut profiter de chaque instant

On adore contempler ses grands yeux bleus en amande. Il sourit de plus en plus et réagit bien plus au son de nos voix. A son âge (2 semaines), sa vue reste encore flou, sans couleurs et étroites.
Être parent d’un nouveau né n’est pas facile. Les nuits sont courtes et chaque instant éveille votre instinct.

Un conseil, profitez de chaque instant de jour comme de nuit. Chaque moment est unique. 

 

Partagez votre avis :

Ces articles peuvent vous intéresser