La diversification alimentaire du bébé de 4 mois à 3 ans

La diversification alimentaire, il y en a pour tous les goûts !

Durant ses premiers mois, un enfant a besoin d’une alimentation lactée.
Au fur et à mesure que bébé grandit, des aliments à la texture molle viennent s’ajouter, pour remplacer la texture liquide du lait. Bébé peut manger plus d’aliments différents car son goût s’éveille : c’est la diversification alimentaire.

C’est une étape importante. Elle doit se faire dans un climat de confiance et en douceur. Il faut respecter le rythme de l’enfant, et ne pas lui imposer des aliments qu’il rejette. Bébé a déjà des préférences !

Commencer par un aliment à chaque fois, en complément du lait (de 500ml à 800 ml de lait) vous aidera à le comprendre. Il est préférable de lui donner des saveurs pures en évitant le sel ou le sucre ajouté, que vous pouvez lui proposer au biberon ou à la cuillère.

Quand commencer la diversification alimentaire avec le nourrisson ?

La diversification alimentaire s’effectue entre 6 mois et 18 mois. On l’effectuera précocement si l’enfant tolère mal le lait ou si sa croissance stagne. Commencez le sevrage uniquement par le repas du midi sur une durée de trois semaines à un mois.

Pour le bébé allaité

Gardez la tétée du matin et du soir. Le midi, vous pouvez intégrer progressivement des légumes en purée (100 à 150g) à la cuillère ou après la tétée.

N’intégrez qu’un seul légume à la fois afin que bébé découvre chaque saveur.

Pour le nourrisson au biberon

Il mange 4 fois par jours. Commencez par à ajouter des céréales sans gluten premier âge (1 à 2 cuillères de café) dans le biberon du matin ou soir.

Quels aliments pour bébé selon son âge ?

De 4 à 7 mois : la texture lisse avant tout !

Le midi, vous pouvez cuisiner un potage très liquide de légumes au lait. ( Le lait 2eme âge habituel fera très bien l’affaire). Vous pouvez proposer de la carotte, du potiron, de la courgette, du blanc de poireau. Conservez les mêmes quantités de lait afin d’éviter des carences protéiques.
Après quelques jours, ajoutez de la pomme de terre, toujours avec la même dose de lait.
Après 2, 3 jours, transformer ce potage en purée composée de 2/3 de légumes et de 1/3 de pommes de terre.
Augmenter progressivement la dose de pomme de terre mais conserver la même dose de lait.

De 6 à 8 mois : Une texture un peu plus épaisse

Quand le ratio Quantité de légumes = Quantité de de pommes de terre est respecté, on remplace le lait par du fromage à pâte cuite gros comme un oeuf finement fondu et incorporé à la purée.
Enfin, quand le fromage est bien assimilé, on peut le remplacer par un oeuf coque entier incorporé à la purée de légumes, en alternant chaque jour l’oeuf ou le fromage.

De 8 mois à 10 mois : des protéines en folie  !

Après le fromage et l’oeuf, on intégrera un filet de poisson équivalent en quantité au volume d’un oeuf, et on alternera fromage/oeuf/poisson. On procédera de la même manière pour la viande, toujours en alternant dès que l’aliment protéique sera assimilé.
Après un certain temps, dès que l’enfant démontre un certain attrait pour le repas du midi, on lui proposera le même menu le soir à la place de la purée de légumes accompagnée du biberon ou de la tétée.

A terme le repas sera composé de 2/3 de pommes de terre pour 1/3 de légumes.
Il est intéressant d’intégrer un apport lipidique de qualité pour protéger dès le plus jeune âge les connexions cellulaires mais surtout les parois intestinales à l’origine du système immunitaire de bébé. On peut donc incorporer dès 6 mois aux repas du midi et du soir, 1 goutte d’huile de première pression à froid ( olive ou colza).

De 10 à 12 mois : le début de la texture grumeleuse et des petits morceaux

Dès que l’enfant sait mastiquer, on peut lui proposer un crouton de pain, et progressivement on transforme la purée mixée en purée grossièrement écrasée à la fourchette.

Enfin, on transformera le goûter constitué d’un biberon en purée de compote et fromage blanc ou yaourt frais, jusqu’à proposer du fromage, ou un yaourt avec des fruits de nos vergers ! Pomme, poire, abricot, pêche, d’abord écrasés puis en morceaux, vous aurez du succès!

Progressivement, bébé se nourrit comme un adulte et peut consommer petites pâtes, vermicelles, et semoule à la place de la pomme de terre, toujours en alternant l’apport glucidique.

De 12 à 18 mois : de la texture grumeleuse et des petits morceaux

Bébé pourra découvrir de nouveaux légumes de la famille des choux, navets, salsifis, céleri, champignons, petits pois et poivrons ! Il pourra également manger des fruits crus en morceaux ou en lamelle et des fruits exotiques. Vous pouvez également lui donner du riz et des pâtes, de la viande et du poisson en petits morceaux et séparés des légumes.

De 18 mois à 3 ans : Le début de l’autonomie !

Bébé peut manger seul, à table avec sa propre cuillère ! Les quantités doivent être adaptées en fonction de son âge.
Il peut goûter aux crudités, aux légumes secs, en purée puis entier, aux fruits secs comme les abricots, la poire et la banane, à la friture et à la charcuterie (exceptionnellement), et aux glaces et pâtisseries maison.
Il conserve une consommation du lait de croissance ou du lait de vache à hauteur de 500 ml par jour.

Manger doit être un moment agréable

Pour éviter la monotonie, proposez une alimentation variée dans les aliments, la préparation mais aussi la présentation ! Manger doit être un moment agréable, et doit permettre de stimuler sa curiosité et lui faire découvrir des goûts et des saveurs.
Enfin, plus un aliment est récurrent plus l’enfant aura de chance de l’accepter. Mais s’il refuse à chaque fois, il ne faut pas insister : nos goûts peuvent changer tout au long de notre vie !

[A lire aussi : Le matériel nécessaire pour le repas de bébé]

Les enfants qui bénéficient d’une diversification précoce sont-ils plus grands ou de poids plus élevé que les autres ?

Afin de répondre à cette question des pédiatres ont réalisé une étude chez des nourrissons.

Pour la moitié, on introduisait les aliments solides dès 3 mois. Et pour l’autre moitié, dès 6 mois.

Pour ces deux groupes d’enfants, on s’aperçoit que la croissance et la morphologie des nourrissons est la même.
Introduire des aliments solides plus tôt ne semble donc pas apporter d’avantages pour la croissance de l’enfant. En tout cas, la diversification, si elle apporte des aliments différents, n’augmente pas les apports énergétiques.
Pendant la première année de vie, l’alimentation de l’enfant doit assurer à la fois la bonne croissance, l’augmentation du poids de l’enfant et les acquisitions psychomotrices.

Nos conseils à retenir pour une diversification alimentaire optimale du bébé

  • Ne pas commencer trop tôt la diversification alimentaire
  • Faire du repas un moment agréable et de découverte
  • Varier les menus en alternant les apports protéiques, glucidiques et lipidiques et les couleurs!
  • Proposer de l’eau régulièrement
  • Ne pas le forcer à manger lorsqu’il refuse

Tableau de la diversification alimentaire des bébés de 4 à 8 mois

Connaissez-vous le nouveau logo à repérer pour l’alimentation de bébé ? 

Article rédigé en collaboration avec Elodie Dray de Sterna Nutrition, spécialiste de l’Expertise Responsable, Nutritionnelle et Alimentaire

logo sterna nutrition

Partagez votre avis :

Ces articles peuvent vous intéresser

Les plus populaires